A propos de Sofinco Espace Pro

Les news, actus et tendances du mois de Juillet 2020

Pour nos partenaires meuble.

79%* : C’est le nombre de Français ayant déclaré vouloir meubler leur intérieur à la sortie du Covid-19.
A tourner en rond dans leur chez-eux durant deux mois, les confinés de l’Hexagone ont eu le temps d’en analyser les failles. Une aubaine pour les magasins de meubles, dans lesquels ils se sont rués une fois libérés.

Côté Conso
Je range, tu ranges, il range…
Si pour Marie Kondo « le but du rangement est d’aller vers une vie meilleure », les Français confinés ont vu en lui un moyen d’agrandir leur intérieur.
Durant ces deux mois passés entre leurs quatre murs, ils ont en effet pu constater deux choses : leur logement est trop petit (22%*), et il manque de rangements (34%*).
Premiers objets à monopoliser l’espace, les jouets (25%*), suivis de très près par les vêtements (23%*). Plus conséquentes qu’à l’habitude en période de confinement, les denrées alimentaires ont elles aussi grignoté de la place (15,6%*).
Cette prise de conscience des Français s’est finalement avérée bénéfique pour les magasins de meubles et de déco, qui ont retrouvé plus de 90% de leurs ventes dès le mois de mai par rapport à la même période l’an dernier.

Où est le business ?
#Meublezvousfrançais
Le 2 juillet, l’Ameublement français et une vingtaine de distributeurs ont signé un accord visant à faire valoir leurs produits « made in France ».
Accompagnée d’un logo, d’un slogan et d’un hashtag #Meublezvousfrançais, l’opération ultra marketée a pour objectif de célébrer le savoir-faire hexagonal. Circuits courts, recyclage (94% des déchets)… Les signataires de l’accord souhaitent également mettre en lumière l’aspect « responsable » de leur filière.
Une excellence française que les consommateurs pourront honorer en cherchant le logo « Meublez-vous français », visible sur les produits concernés.
En plus de saluer la qualité des produits en question, cette opération devrait booster les ventes de meubles bleu-blanc-rouge.

Et demain ?

Mise au vert
Petits appartements, absence d’espace extérieur, manque de lumière… Contraints de rester dans leur logement (au confort incertain pour beaucoup), 17%** des Parisiens se sont exilés en Province pour éviter un confinement en ville.
Une fuite vers les campagnes inaccessibles à la majorité des citadins, qui ont néanmoins profité de ces temps difficiles pour remettre en question leur mode de vie.
Déjà recherchés avant la crise sanitaire, l’espace, la lumière et la verdure sont désormais au cœur des enjeux des logements urbains de demain.
Ainsi, si 54%*** des Franciliens envisageraient aujourd’hui la solution radicale du déménagement, ceux qui restent attendent des solutions et de l’innovation. Le défi est grand pour les professionnels du logement et du mobilier, sur lesquels les citadins comptent désormais pour voir un jour la campagne investir leur intérieur.


* Source : enquête réalisée par l’Institut de Prospective et d'Etudes de l'Ameublement (IPEA) et Esprit Meuble / ** Source : Analyse statistique réalisée par Orange/ *** Source : Etude « Paris je te quitte »